L’homme, Territoires et Identité.
Les limites de mon travail sont difficiles à cerner. Les oeuvres présentées semblent passablement hétéroclites : on y retrouve des peintures à l’huile aux tonalités mélancoliques de factures impressionnistes influencées par Turner avec les séries Terre(s) et Home(s), et des dessins au formalisme proche de la gravure de Daumier dans la série L’Animal Politique.
Du dessin à la peinture, de l’installation à la sculpture, les allers retours sont nombreux, qui constituent parfois des voies parallèles comme avec Skyless et Trace(s) ou parfois en confrontations formelle comme Les Hors L’Histoire.
Malgré cette apparente impersonnalité, toutes mes oeuvres ont pour sujet l’homme et son identité ainsi que le rapport de l’homme aux territoires. J’entends par territoire tout ce que l’être humain entend pouvoir s’approprier ou conquérir. Pour moi il peut s’agir d’un espace physique comme d’une autre personne. Cela peut être un espace physique comme avec la nature, la définition de limites arbitraires comme avec la série Frontière(s), les interventions physiques de l’homme sur la nature avec la série Trace(s). Cela peut être aussi un monde entier (animal ou spatial) ou le pouvoir qui représente pour moi la conquête d’un territoire sur autrui, le territoire de la mémoire collective, l’Histoire, et la volonté d’y creuser son sillon, métaphore agricole mettant en lumière l’aspect territorial de l’Histoire.
Indifférent au médium que j’utilise, je ne cerne pas mon travail à une pratique spécifique, cependant chaque approche d’un nouvel outil entraîne un changement formel assez important. Les ponts entre mes différentes pratiques ne sont pas évidents mais sont sous tendu par la même volonté.
Je mets en exergue le rapport de l’homme aux territoires, son fractionnement, les traces qu’il y laisse, l’identité qui s’en dégage.

The extent of my work is difficult to identify. The work presented appears quite heterogeneous: there are oil paintings with melancholic tones of impressionism influenced by Turner in the “Earth(s)” series and “Home(s)”, and the structured drawings like the engravings of Daumier in the “Animal Policy” series.
From drawing to painting, from installation to sculpture, the combinations are numerous, which sometimes form parallel paths like “Skyless” and “Trace(s)” or sometimes contrasting as in “Les Hors l 'Histoire”.
Despite this apparent impersonation, all my works have the subject of man and his identity and the relationship of man to his territories. By territory, I mean everything that human beings want to be able to appropriate or conquer. For me it may be a physical space like another person. This can be a physical space as with nature, defining arbitrary limits as in the “Border(s)” series, physical human interventions on nature in the “Trace(s)” series. It can also be a whole world (animal or space) or the power that represents to me the conquest of one territory by others, the collective memory, and the desire to leave its path, agricultural metaphor highlighting the territorial aspect of history.
Indifferent from the medium I use, I don't identify my work with a specific style, but every approach to a new tool leads to a significant structural change. The bridges between the different styles are not obvious but are underpinned by the same concept.
I emphasize the report of the human being to his physical heritage, the traces he leaves and the identity that emerges



Back to Top