Malgré cet apparente impersonnalité, toutes mes œuvres interrogent le rapport de l’homme aux différents territoires que je tente de définir et à leurs conquêtes.
Je cherche à mettre en exergue le rapport de l’homme aux territoires, son fractionnement, les traces qu’il y laisse, les lignes qu’il y trace.

J’entends par territoire tout ce que l’être humain entend pouvoir s’approprier ou conquérir. Pour moi il peut s’agir d’un espace physique comme d’une autre personne. Cela peut être un espace physique comme avec la nature, la définition de limites arbitraires et la tension qui en découle comme avec la série Frontière(s), le labour et les cultures géométriques avec la série Trace(s).

Cela peut être aussi un monde entier (animal ou spatial) ou le pouvoir qui représente pour moi la conquête d’un territoire sur autrui, le territoire de la mémoire collective, l’Histoire, et la volonté d’y creuser son sillon (métaphore agricole mettant en lumière l’aspect territoriale de l’Histoire)
Indifférent aux médiums que j’utilise, je ne cerne mon pas mon travail à une pratique spécifique, cependant chaque approche d’un nouvel outil entraîne un changement formel assez important. Les ponts entre mes différentes pratiques ne sont pas évidents mais sont sous tendu par la même volonté.
Revenir au début